On a l’impression d’être sorti de l’espace temps : d’un côté, d’être parti que 33 secondes, puisque rien n’a changé -ou presque- à terre. Et de l’autre, on a le sentiment d’être plutôt parti 33 ans, tellement le vécu a été dur, l’expérience a été longue !

Ce n’est toujours pas fini, tant qu’on n’aura pas passé la ligne, posé le pied à terre, mais on sent l’arrivée à grands pas.

Nous croisons de plus en plus de bateaux, ce qui fait à nouveau hurler l’alarme Sam Davies dans tout le bateau « collision, collision ! ». Nous sommes surtout saisis par le froid et encore plus par l’humidité. Yves a ressorti sa « porte » de cabane et on empile les couches. On se sent tout de suite moins souple, moins à l’aise. La condensation gonfle de partout sur le carbone, chaque paroi dégouline pour finir en petit ruisseau au sol, sous le vent.

Nous sommes vraiment pas loin derrière Macif, mais apparemment cela va être dur : ils ont plus de vent, devant. Il n’empêche, Yves & Alex se donnent à fond ! La nuit dernière, c’était le pompon, comme une répétition de tout leur savoir-faire maîtrisé pendant la course : ils ont enlevé un ris… remis le ris, puis ré-enlevé. Sorti le Gennaker (J0), on avait « toute la garde robe » sortie à l’avant : de J0 à J3, puis ils ont changé, dégréé certaines voiles, empanné 3 fois ! A fond quoi, chaque changement de vent était exploité à son maximum !

Décidément, jamais de repos pour ces marins… même l’arrivée a l’air épuisante : un vrai marathon, entre interviews, live et autres sollicitations !

Rendez vous demain au lever du jour à la pointe St Mathieu, nous passerons la ligne le plus au nord possible, puis 1 heure plus tard dans le goulet de Brest et à 9h, 9h30 au ponton. Ensuite, à 11h30 sur le podium quai Malbert, à 12h en live Facebook pour poser vos questions… Enfin, le soir, rendez-vous pour fêter ça !