Ces bateaux n’ont jamais été pensés pour le confort, encore moins pour les courants d’air !

Du coup, à fond de cale, ma bannette est impraticable, surtout après une charge moteur (le moteur est placé juste en dessous, pour rappel!). La 2ème bannette est situé entre la trappe de survie du fond (toujours ouverte!) et la trappe pour monter dans la cabane. A l’aide d’une chaussure coincée dans cette trappe, en haut de l’échelle, nous avons créé un mini fil d’air. Il est possible de le sentir de temps en temps, depuis la bannette. Un régal, le meilleur endroit du bateau à ce moment. Yves & Alex se relayent à la sieste ici.

Ensuite on a essayé d’ouvrir les 2 hublots de sécurité de chaque côté de la coque. C’est intimidant, de voir l’eau défilée si proche de nous. Mais on se dit que ça va le faire, la mer est calme, et c’est tellement bon ce courant d’air, d’un coup. Sauf qu’au bout d’un moment, une vague plus grosse que les autres rentrent à l’intérieur, d’un coup, splash ! Ça m’est arrivé sur bâbord, alors que je travaillais, devant, sur mon ordi… puis c’est arrivé à Alex sur tribord, en pleine sieste en dessous ! Il faut donc se résoudre à refermer le hublot, se renfermer dans le four de carbone. Dans la cabane, c’est la serre à tomates : insupportable, surtout à 3 dans ce petit espace confiné.

Sur le pont, dès 6 heures du matin avec la lumière rasante, le soleil tabasse, on a l’impression d’être des vampires, tellement ça nous brûle ! La bonne option, éprouvée sur de nombreux voiliers: la sieste à l’ombre de la grand-Voile, sur le trampoline, dans le vent. Sauf que sur ce monstre, être exposé au vent, c’est aussi être exposé aux embruns. Plus ou moins réguliers et violents, mais toujours bien salés ! En plus du sel, les embruns charrient de temps en temps, des poissons volant !! Bref, dormir, c’est surfait, nous, on fait de la course au large ! En avant-Guingamp !

Prochaine étape, le pot-au-noir… Sera t’il aussi violent qu’à l’aller ? Macif sera t’il repassé devant ? Va t’on tous être égaux face au « gouffre noir » ? Gitana ne va pas tarder à renter dedans.

En attendant, malgré la chaleur écrasante, on mesure notre chance : nous sommes en forme, le bateau aussi, et l’ambiance ne va pas tarder à radicalement changer dans l’hémisphère nord. l’hiver express à nouveau, la « longue nuit », sans lune en plus ! A très vite !