Le bilan est quand même super positif : une route directe, plus tranquille pour le bateau, mais surtout pour les marins.
C’est donc à la poursuite de Macif, que nous nous sommes engagés dans le pot au noir, de nuit.
Heureusement, il était beaucoup moins violent et moins long qu’à l’aller. Beaucoup d’éclairs autour de nous, toute la nuit, et une succession de grains, mais plutôt mollissants. Rien à voir avec les monstres à 40nds en rafale de la descente de l’Atlantique. Mais Yves et Alex ont quand-même dû rester focus toute la nuit, sur les trajectoires et les écoutes. Il n’ont presque pas dormi. Depuis ce matin, nous nous sommes faits éjecter de l’autre côté, en Atlantique nord.

Nous sommes au près dans 15-18nds de vent et nous évoluons entre 25 et 30nds de vitesse ! Des machines à vent ces bateaux ! Mais au prix d’un inconfort total, qu’on avait presque oublié.

C’est donc reparti pour le « brumisateur à sel », l’évolution à 4 pattes dans le bateau, l’humidité permanente, partout. Il y a énormément de sargasses en mer, heureusement pas d’énormes amas, juste des longues lignes dans l’alizé. Le foil et les safrans, lancés à cette vitesse, n’en ont que faire !

Les routages donnent des trajectoires très différentes avec, pour certains, un grand contournement par l’ouest et une arrivée via l’Irlande !? Mais tous donnent un timing d’arrivée à Brest le week-end prochain, dans une semaine. L’ambiance est toujours au top à bord, malgré la fatigue, la lassitude et le retour de la « vie des bêtes ». On va commencer à compter les jours : on pensait faire un « calendrier de l’avent », mais avec du lyophilisé bien dégueu, à la place du chocolat ?! En tout cas, bon week-end à tous, ici on est toujours à fond !