« On trace à 28 – 30 nœuds, on navigue à très bon rythme, le bateau marche bien, il est à 100% de son potentiel. La course est magnifique, on ne lâche rien ! » La voix d’Yves Le Blevec était claire et enjouée lors de la vacation course de ce 8 novembre, malgré la fatigue et la tension de ces quatre premiers jours de course.

Prudence

Le skipper de l’Ultim Actual Leader tire en effet un bilan très positif de ce début de parcours mené tambour battant dans des conditions à risque. « Les conditions du départ n’étaient pas hyper confortables… le matériel a été malmené, mais nous en sommes sortis sans aucune séquelle matérielle et physique. Hier et la nuit dernière, nous avons essuyé plusieurs grains violents qui nous ont obligés à beaucoup manœuvrer.

Mais nous agissons toujours avec beaucoup de prudence, car la route est longue. Nous ne faisons rien qui puisse handicaper les performances du bateau, tout en cherchant en permanence à aller le plus vite possible. Notre mot d’ordre depuis le départ, et ce sera le même jusqu’à l’arrivée, est de naviguer le plus prudemment et le plus rapidement possible. Et jusqu’ici, ça fonctionne très bien ! »

Et vitesse

Depuis le coup d’envoi de cette Brest Atlantiques mardi dernier, l’Ultim Actual Leader affiche en effet des moyennes de 25 à 30 nœuds de moyenne. A la faveur de son décalage Nord ce vendredi midi, bénéficiant ainsi d’une brise un peu plus soutenue que ses camarades de course, le trimaran rouge et noir était même le plus rapide de tous. L’enjeu du duo Actual Leader étant aussi, sur ce long parcours de 14000 milles (26 000 km), de composer avec la cadence de bateaux de la dernière génération.

Cap Vert et Pot au Noir

Les 4 Ultims plongent cet après-midi vers le Cap Vert qu’Yves, Alex et Ronan devraient doubler, dans l’ouest de ces îles volcaniques, demain matin. Leurs étraves ne pointeront alors plus qu’à environ 500 milles du Pot au Noir.

Le trio Actual Leader devrait commencer à entrer dans cette zone orago-pétoleuses dans la nuit de samedi à dimanche : « le Pot au Noir est assez étendu, mais il ne semble pas très actif », précise cependant Christian Dumard, routeur du team, « mais il faut toujours se méfier… »